Politique
Par Olivier Zanetta
Publié le 30/03/2020 à 09:07

Les présidents des départements d’Ile de France « sous le choc » après la mort de Patrick Devedjian

« Abasourdi », « bouleversée », « triste », « sous le choc » … Les présidents des départements de l’Ile-de-France ont exprimé leur émotion à l’annonce de la mort de leur homologue des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian, diagnostiqué positif au Covid-19 et décédé dans la nuit du samedi 28 au dimanche 29 mars.

 

Patrick Septiers, le Président de la Seine-et-Marne, s’est dit « abasourdi et peiné ». « Patrick était une personne attachante et raffinée, soucieuse du bien commun et profondément  attachée à son territoire. Il nous manquera ». 

 

« Je suis sous le choc », réagit François Durovray, le président de l’Essonne. « Son esprit fin et espiègle, son intelligence des situations, sa culture encyclopédique vont nous manquer terriblement ».

 

Marie-Christine Cavecchi, Présidente du département du Val d’Oise, salue « un homme d’exception, un grand serviteur de la France, de son département des Hauts-de-Seine et de sa ville d'Antony. Un homme éclairé avec qui le travail était un plaisir ». Et l’élue de conclure son tweet : « Amitiés à toutes et tous, prenez soin de vous ».

 

Christian Favier exprime sa « profonde tristesse ». Le président communiste du Val de Marne salue son homologue LR. « Ces dernières années, j'ai pu côtoyer Patrick Devedjian à de très nombreuses reprises. Malgré nos différences politiques, nous avons su rapprocher nos points de vue pour défendre la décentralisation, pour refuser le projet technocratique de disparition des Départements, Collectivités de proximité. Reconnaissant les inégalités de richesses entre les territoires, il avait accepté de construire avec toutes les Présidentes et Présidents de Départements d'Ile-de-France, un fond de solidarité interdépartementale par l'investissement, amorce d'un premier rééquilibrage ».

 

Pierre Bédier, le Président du département des Yvelines avec qui Patrick Devedjian avait engagé la fusion de leur département, se remémore leur souvenirs communs. « Je souhaite retenir cette confidence faite devant une assemblée de femmes d'origine étrangère dans la Galerie des Batailles du Château de Versailles ; il leur confia qu'il était le premier Français de sa lignée, qu'il en était fier, que cela lui avait plutôt réussi... parce que la France lui avait rendu ce qu'il lui avait donné. Sa sagesse plongeait ses racines dans une immense culture qu'il accompagnait d'un humour sans pareil, et d'une remarquable lucidité, probablement née dans le souvenir vivace du génocide arménien. » 

« Il était mon ami et ensemble nous avons porté le combat pour une Métropole parisienne digne de ce nom, c'est-à-dire rayonnante, ambitieuse, juste, et pour le rapprochement de nos deux départements, si complémentaires. Honorer sa mémoire, c'est poursuivre son combat ».

 

Stéphane Troussel, président PS du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, s’est déclaré « très triste » à l’annonce du décès de Patrick Devedjian. « Les Hauts-de-Seine et la Seine-Saint-Denis, nos familles politiques...tout devait nous opposer. Et puis, nous avions appris à nous connaître, notamment dans le cadre de nos rencontres entre présidents de départements d’Île-de-France et de la création du Fonds de solidarité interdépartementale d’investissement qu’il avait voulu. Je retiens son combat pour la reconnaissance du génocide arménien, son amour de la culture, sa passion du droit. J’appréciais cet homme drôle, humain et engagé ».

 

Valérie Pécresse, la présidente de la Région Ile de France s'est dite « bouleversée » à l'annonce de la mort du Président du département des Hauts de Seine. Dans un tweet, Valérie Pécresse parle d'une « personnalité exceptionnelle », de « ses convictions et son immense culture. Il a marqué de son empreinte à la fois son département des Hauts-de-Seine et le pays ».

 

Anne Hidalgo, la maire de Paris, a fait part de son « immense tristesse », « nous avions bâti de beaux projets communs entre Paris et le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine. Je pense également ce matin aux habitantes et aux habitants d’Antony, dont il fut le Maire pendant 18 ans ».

 

« Très affecté », le président de la Métropole du Grand Paris, Patrick Ollier, a salué sur twitter l’ « Homme d’Etat, investi avec passion dans ses responsabilités, il présidait les Hauts-de-Seine avec vision et talent ».